• Si c'est votre première visite, assurez-vous de consultez la Utilisation des cookies
    en cliquant sur le lien ci-dessus.
    Vous devrez peut-être vous inscrire avant de pouvoir poster:
    cliquez sur le lien d'inscription ci-dessus pour continuer.
    Pour commencer à voir les messages, sélectionnez le forum que vous souhaitez visiter à partir de la sélection ci-dessous.

    Pour ceux qui sont déjà inscrit sur le forum, votre login et mot de passe n'ont pas changé.

La tête d'un mauvais payeur mise à prix

  • Auteur de la discussion Nath
  • Date de début
  • Réponses 0
  • Affichages 195
Inscrit
13 Octobre 2012
Discussions
219
Messages
294
Réactions
3
Points
18
La tête d'un mauvais payeur mise à prix





Pour décourager les voleurs, un commerçant de Saint-Clément-de-Rivière près de Montpellier dans l'Hérault, a décidé d’afficher devant sa boutique la photo d’un client mauvais payeur.


Un procédé interdit

Ce client de 21 ans avait acheté des marchandises pour un total de 3 102 euros et les avait réglé au moyen de plusieurs chèques. Mais quelques semaines plus tard, la banque les a rejetés au motif que le compte était faiblement provisionné. En colère, le commerçant a décidé de placarder les copies de la carte d'identité du mauvais payeur, de son permis de conduire ainsi que celles des chèques concernés dans son magasin.

En France, la loi protège la situation financière des particuliers, et par conséquent il est interdit de procéder de cette manière. « En effet, il est interdit d’agir de la sorte en France. Mais, moi je m’en fous, dit-il, car cette pratique bien quelle soit interdite, permet au moins de dissuader ces escrocs ».

Difficile de récupérer son argent

Selon ce commerçant, ce procédé est également une façon de dévoiler le système français qui ne protège pas suffisamment les commerçants. Ensuite, celui-ci a saisi les banques du client qui ont refusé de lui dire si les comptes de ce dernier étaient ou non approvisionnés.

Après analyse, les commerçants ont constaté qu’il leur est pratiquement impossible de récupérer leur argent. « Nous sommes allés déposer plainte à la gendarmerie, ça a pris plus de deux heures ». Ces commerçants avaient l'impression d'être ceux qui gênaient le plus les forces de l'ordre dans cette histoire.
 

First panel title

First panel content

Second panel title

Second panel content
Haut Bas